• echapbelles

Lavalette

un point de repère pour nos coteaux

Lavalette

• Canton de Pechbonnieu

• Superficie : 1345 ha

• Population : 639 habitants

• Habitants : Lavalettois

• Cours d’eau : la Sausse

Historique

En 974 , un vaste domaine carolingien occupait les communes de Beaupuy, Flourens et Lavalette. Morcelé entre riches bourgeois et nobles toulousains, ce domaine est remis par Simon de Montfort Foulques, évêque de Toulouse dans les années 1210. En 1456, Bertrand de Nogaret, juge mage à Toulouse, achète une partie de ce domaine. Son petit-fils Jean complète cette acquisition en 1565 par celle du fief de La Guitardie.

En 1570, les bandes protestantes saccagent les églises de la seigneurie, au nombre de quatre : Notre-Dame de Lontlein, Saint-Jean-Saint-Avis, Sainte-Quitterie et Saint-Laurent qui, seule, subsiste. En 1554 naît Jean-Louis de Nogaret, le plus célèbre de la dynastie. Dépeint comme «brave, cupide et ambitieux», il est l’un des mignons du roi Henri III, qui le fait duc d’Epernon en 1581. en 1607, Henri IV lui confère le titre de Marquis de Lavalette. Il est aux côtés du roi, dans son carrosse, lors de l’assassinat de ce dernier. L’un de ses fils, Louis, cardinal en 1621, est archevêque de Toulouse avant d’embrasser une carrière militaire qui le conduit au commandement de l’armée française. La famille de Nogaret s’éteint à la fin du XVIIè siècle, et la seigneurie passe alors dans la famille des Bonrepos-Riquet. La peste cause à Lavalette de profonds ravages en 1631. La Révolution provoque la destruction des trois autres sanctuaires.

Église Saint-Laurent

Fin du XIVè et XIXè siècles - Brique. Un procès-verbal de visite pastorale de 1749 mentionne que l’église ancienne, de la fin de XIVè siècle, est presque entièrement ruinée à cette date. Il en subsiste cependant le chœur et les deux chapelles. Le reste de la construction date sans doute de la fin de XIVè siècle, au moment où l’architecte toulousain Auguste Delort remplace le clocher-mur ruiné par une tour octogonale, qui s’élève sur la façade ouest.

C’est une tour aux baies en arc en mitre, sommée d’une haute flèche de 30 mètres qui, par sa situation géographique, est devenue un point de repère pour toute la région.

Seule la tourelle d’escalier de l’ancien clocher-mur a été conservée. Les vitraux de l’église sont l’œuvre du maître verrier toulousain Gesta.

Vierge de Montlein

XIVè siècle. Bois (H : 70 cm). Chapelle sud. Église Saint-Laurent. Cette statut provient de l’église succursale de Montlein, ou Monlein, sanctuaire très vénéré pendant plusieurs siècles, et dont le pèlerinage était célèbre.

Cette église est détruire pendant la Révolution. Seule cette statue de la Vierge subsiste ; elle est installée dans la chapelle sud de l’église en 1869. A l’origine polychrome, cette sculpture est recouverte d’un stuc à la suite d’une restauration qui fait alors disparaître une singularité de l’œuvre : l’Enfant Jésus porté par la Vierge était représenté avec une tête d’homme mûr, pour signifier le trait d’union entre l’ancien et le Nouveau Testament. Ce rapprochement était souvent mis en lumière par les théologiens du Moyen-Age.

Chapiteaux

XVè siècle. Briques et pierres Chapelle des Nogaret. Église Saint-Laurent

Ces chapiteaux font partie de la chapelle nord de l’église Saint-Laurent, petite chapelle situé au flanc nord de l’église, et probablement du XVè siècle. Ils sont sculptés du blason des Nogaret de Lavalette, seigneurs du lieu, qui possèdent des armes parlantes ayant pour meuble essentiel un noyer, noguier en occitan, ainsi qu’une croix de Malte.

La présence de cette croix est étonnante car aucun des Nogaret n’a appartenu à l’ordre de Malte, contrairement à leurs cousins Parisot. Les dirigeants de l’île de Malte portent peut être une attention particulière à Lavalette avec laquelle ils doivent entretenir des relations suivies. Ils estiment sans doute que ce village de l’ancien comté de Toulouse a donné son nom à leur capitale, ce qui semble n’être qu’une homonymie ou le résultat d’une confusion.

En effet, Pierre, le frère aîné de Bertrand de Nogaret, acquéreur initial du domaine de Lavalette, a pour descendante Antoinette de Nogaret de Lavalette, qui épouse un gentilhomme quercinois, Guilhot de Valette, vers 1550. C’est le frère de celui- ci, Jean de Valette, 48è grand maître de l’ordre de Malte, qui après avoir victorieusement défendu l’île contre les Turcs, fait construire, à partir de 1568, une nouvelle ville à laquelle il donne le nom de Cité-Valette.

Renseignements

COMMUNE DE LAVALETTE

 Mairie de Lavalette : 31590 Lavalette

Tél : 05 61 11 51 85 | Fax : 05 61 11 51 86
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Galerie photo

Téléchargement